Compta Santé

Dentistes libéraux

Pourquoi ne pas confier votre comptabilité à un expert qui connaît vraiment votre secteur ?

Comment ouvrir en tant que dentiste libéral et gérer la comptabilité de son cabinet dentaire ?

À l’instar des autres professionnels libéraux de la santé, les chirurgiens-dentistes établis à leur compte doivent assurer une comptabilité rigoureuse en suivant le plan comptable médecin. Ils doivent également effectuer toutes les déclarations fiscales et remplir tous les formulaires requis : imprimé P2PL, déclaration 2035, calcul cotisation Urssaf, déclaration Decloyer

L’expert-comptable d’une profession libérale peut assurer toutes ces diligences, en assurant le respect des échéances et des obligations légales.

La création d’un cabinet de chirurgien-dentiste

Lorsqu’il s’établit à son compte, le chirurgien dentiste doit effectuer une déclaration d’activité auprès de l’Urssaf en remplissant et en envoyant le formulaire P2PL. Lorsqu’il change de statut juridique et décide de passer de l’entreprise individuelle à une société, le dentiste doit également compléter cet imprimé P2PL.

Si le professionnel veut acheter une patientèle avec l’acquisition d’un établissement, il est important de valoriser judicieusement le cabinet concerné et s’assurer que le nombre de patients ne sera pas décevant. L’aide d’un expert-comptable libéral expérimenté dans les métiers de la santé s’avère précieuse dans ce cas.

Par ailleurs, l’expert-comptable de la profession libérale est en mesure de représenter le dentiste auprès de l’administration pour toutes les démarches liées à la création d’entreprises. Il conseille également le professionnel dans le choix du statut juridique adapté à l’activité.

La compta santé et la fiscalité d’un dentiste libéral

La question comptable concernant un cabinet dentaire dépend du régime choisi.

Si le cabinet enregistre une recette annuelle inférieure à 70 000 €, il sera soumis au régime micro BNC, réservé aux micro entreprises (auto-entrepreneur). Le dentiste n’a pas besoin de tenir une comptabilité, il suffit de tenir un livre de recettes et de remplir la déclaration 2042C.

Dans le cas où le cabinet est une entreprise individuelle avec une recette supérieure à 70 000 €, il sera soumis au régime de déclaration contrôlée. Le chirurgien-dentiste devra alors tenir une comptabilité libérale de trésorerie avec :

  • Des livres de recettes et dépenses à compléter ;
  • Un registre des immobilisations et des amortissements à tenir ;
  • Un inventaire à effectuer tous les ans ;
  • La déclaration fiscale 2035 à remplir.

Les dentistes qui ouvrent un cabinet avec d’autres confrères et qui ont fondé une Société d’exercice libéral (SEL), doivent tenir une comptabilité de société et fournir :

  • Une comptabilité en partie double ;
  • Des états financiers annuels à présenter par le chef de l’entreprise ;
  • Une liasse fiscale avec le bilan comptable, le compte de résultat, l’annexe et la déclaration Decloyer.

Ces sociétés sont soumises à l’impôt sur les revenus (IR) ou l’impôt sur les sociétés (IS). Le choix du régime fiscal dépend en grande partie du type de société créé (SELARL, SELAFAS, etc.)

L’expert-comptable du cabinet dentaire est en mesure d’assurer l’intégralité de ces missions comptables :

  • Saisie comptable ;
  • Suivi et révision comptable ;
  • Établissement des comptes annuels ;
  • Déclarations fiscales, qu’il s’agisse de la déclaration 2035 ou de la liasse fiscale.

Il est également en mesure de respecter le plan comptable libéral qui s’applique aux dentistes, et d’intégrer les spécificités de l’activité dont :

  • Les honoraires rétrocédés suivant une comptabilisation correcte ;
  • Les dépenses spécifiques (locaux, outillages, biens immobilisés) qui doivent être enregistrées dans des comptes bien déterminés.

Les charges et avantages sociaux du dentiste libéral

Soumis à la cotisation Urssaf profession libérale, le dentiste doit effectuer un calcul Urssaf qui comporte la CSG et la CRDS, ainsi que l’allocation familiale et la formation professionnelle. L’expert-comptable qui s’occupe du cabinet dentaire peut calculer le taux Urssaf d’un dentiste et effectuer les déclarations.

Il existe aussi d’autres charges sociales :

  • L’assurance invalidité et décès ;
  • L’assurance maladie-maternité ;
  • Les cotisations auprès des syndicats professionnels.

Parallèlement, même s’il n’est pas salarié, le dentiste libéral peut obtenir certains avantages sociaux :

  • Les Cesu profession libérale;
  • Les chèques vacances de la profession libérale.

Le calcul de ces cotisations et de ces aides sociales peut être confié à l’expert-comptable libéral afin d’éviter les erreurs, et de respecter les exigences réglementaires. Le spécialiste peut également intégrer dans la comptabilité l’arrêt de travail du dentiste et l’arrêt maladie du dentiste.

Développement et pilotage de l’activité

Le cabinet d’expertise comptable spécialisé en compta santé fournit généralement une prestation de conseil afin d’optimiser la gestion comptable et financière du cabinet dentaire :

  • Élaboration, présentation et explication des indicateurs stratégiques issus de la comptabilité analytique ;
  • Comparaison des résultats/données du cabinet avec les moyennes du secteur ;
  • Réalisation de plans prévisionnels en vue d’optimiser le flux de trésorerie et de favoriser le développement de l’activité.

Ainsi, la prestation de l’expert-comptable ne se limite pas uniquement à la déclaration fiscale 2035, au calcul des cotisations Urssaf, aux divers soucis comptables comme la déclaration des honoraires rétrocédés et leur comptabilisation. Déjà, cette mission classique permet au dentiste de se concentrer sur ses patients tout en étant tranquille sur ses échéances. En outre, l’externalisation peut représenter un puissant levier de développement si l’on choisit bien son cabinet collaborateur.

Trouver un expert-comptable spécialisé en cabinet dentaire

Il est clair que pour gagner du temps et être serein, le chirurgien-dentiste a besoin des services d’un expert-comptable libéral. Pour trouver le meilleur prestataire en fonction de vos besoins, voici quelques critères de base à prendre en compte :

  • La fiabilité : l’expert-comptable doit être diplômé (DEC) et être inscrit à l’ordre des experts-comptables afin de garantir le respect de la déontologie ;
  • La compétence : elle s’appuie sur l’expérience, le collaborateur comptable doit avoir traité des dossiers similaires au vôtre et posséder une bonne connaissance du secteur ;
  • La disponibilité : optez pour un cabinet à taille humaine, avec des collaborateurs que vous pouvez joindre en cas de besoin.

Pour être sûr de bénéficier d’un service adéquat, examinez la lettre de mission avec beaucoup d’attention. Les diligences ou tâches de l’expert-comptable y sont mentionnées en détail, ainsi que ses honoraires. Les deux parties qui signent cette lettre la transforment en contrat valable et doivent respecter tous les termes qui y sont inscrits.